Réponse à monsieur Thomassin

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Monsieur Thomassin,

                                   J’ai lu vos propos cités dans le journal l’Abitibi express  du mardi 19 octobre dernier.  Je me suis sentie concernée par ceux-ci, car je suis une citoyenne qui aimerait un réel débat sur l’industrie minière en Abitibi et surtout sur les mines à ciel ouvert.  Sachez monsieur Thomassin que ce ne sont pas que les groupes de pression qui tiennent à un tel débat, il y a aussi plusieurs citoyens et citoyennes de la région. Vous semblez afficher un réel mépris pour tout ce beau monde. De plus, vous dites que les actions des groupes de pression font mal à l’industrie minière, je crois plutôt que l’industrie minière est responsable de son propre malheur en raison de ses pratiques passées et actuelles. Nous n’avons qu’à penser aux sites miniers abandonnés laissant la facture aux Québécois et aux minimes redevances versées au gouvernement par l’industrie malgré ses profits gigantesques. Les citoyens du Québec ont perdu confiance en l’industrie minière et elle en est la seule responsable. Même si l’industrie a fait certains efforts pour agir plus consciencieusement, il faudra qu’elle démontre davantage de bonne volonté pour nous redonner confiance. Il est fini le temps où l’industrie avait le champ libre, elle doit maintenant rendre des comptes. Vous dites qu’il faudrait arrêter de débattre et avancer.  Je considère que c’est plutôt le contraire, il faudrait arrêter de laisser les minières avancer à tout prix sans consulter les citoyens.  Il faudrait un vrai débat sur les mines à ciel ouvert et non pas un simple colloque. Il faudrait informer la population de l’Abitibi des impacts des mines à ciel ouvert et de projets qui sont sur la table.  Les mines à ciel ouvert, comme celle de la compagnie Osisko, affecteront énormément l’environnement et les citoyens qui vivent près d’elles. Ensuite, il faudrait entendre l’opinion de la population grâce à un référendum sur la question. Je souhaite à l’Association de l’exploration minière du Québec un futur directeur général moins méprisant envers les citoyens et envers les débats qui sont essentiels dans une démocratie. Je peux vous assurer qu’une telle attitude fait énormément de mal à l’image de l’industrie que vous représentez.

 

Stéphanie Déziel

Résidente de Val-d’Or

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires