Janique Duval parmi les meilleures recrues au Québec

Marc-André
Marc-André Landry
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La hockeyeuse valdorienne Janique Duval a connu d’excellents débuts universitaires cette saison qui lui ont valu une place sur l’équipe d’étoiles des recrues de la Ligue provinciale.

Janique Duval a débuté une carrière de quatre saisons avec les Carabins. (Photo: gracieuseté)

Porte-couleurs des Carabins de l’Université de Montréal, la jeune femme de 20 ans a fini le calendrier avec sept points en 19 parties. Joueuse de défense qui obtient beaucoup de temps de glace en avantage numérique, Duval a poursuivi cette saison sur la lancée de ses dernières campagnes au niveau collégial, où elle a toujours pris place sur les équipes d’étoiles de sa ligue.

«Honnêtement, c’est une belle surprise et une grande fierté, raconte-t-elle. Je savais que j’avais connu une belle saison, mais je ne m’attendais pas à ça. Je me suis quand même bien adaptée au niveau de jeu universitaire. C’est plus rapide qu’au collégial, mais j’avais pris le rythme après un ou deux matchs. C’est aussi un bon défi de concilier le sport et les études, mais j’y arrive, surtout depuis le début de la 2e session.»

Un beau parcours

Ancienne coéquipière de Shawn Morton-Boutin et Philippe Cornet jusqu’au niveau bantam BB, Janique Duval est passée au hockey féminin à 15 ans, dans un programme sports-études à Trois-Rivières. Un an plus tard, elle est revenue compléter son secondaire à Val-d’Or, avant d’être recrutée au collège Édouard-Montpetit, où elle a évolué pendant trois ans et connu beaucoup de succès.

Le printemps dernier, elle a évalué quelques offres avant de faire son choix sur les Carabins, où elle a entrepris des études en orthopédagogie. «J’avais fait une croix sur les États-Unis parce que je ne parle du tout anglais. Moncton était aussi trop loin à mon goût. Mon choix final était entre Ottawa et Montréal. J’ai choisi Montréal parce que deux autres filles de mon équipe y allaient elles aussi. On peut continuer à progresser ensemble. C’était déjà une belle réussite d’être recrutée pour jouer au niveau universitaire. C’est le fun de voir tous les sacrifices aboutir à quelque chose», explique-t-elle.

Équipe Canada

Écartée de justesse de l’Équipe du Québec au fil des années, la Valdorienne ne cache pas qu’elle entretient toujours le rêve de porter un jour les couleurs de l’équipe nationale. Ses débuts avec les Carabins lui font entrevoir de belles choses dans les années à venir.

«J’espère que ça indique le début d’une belle carrière universitaire, lance-t-elle. Le rêve d’Équipe Canada est toujours là, mais je réalise aussi qu’il me reste seulement trois années pour y arriver. Une première étape serait d’être choisie pour les Jeux mondiaux universitaires dans deux ans. Les meilleures filles au pays y seront et c’est un endroit où Équipe Canada recrute beaucoup. C’est clairement un de mes objectifs.»

Mais avant d’en arriver là, Janique Duval espère bien savourer des succès d’équipe en séries avec ses coéquipières des Carabins. Deuxièmes au classement de la saison, les Montréalaises ont balayé Concordia en première ronde des séries, le week-end dernier. Un rendez-vous avec les très puissantes hockeyeuses de McGill les attend maintenant, à compter du 3 mars. Ces dernières n’ont pas perdu à leurs 100 derniers matchs!

«Notre but est d’aller au Championnat canadien. Même si les filles de McGill sont très fortes, ce n’est pas impossible. On a perdu en fusillade contre elles dernièrement», expliquait la jeune Valdorienne à l’aube des séries.

Organisations: Université de Montréal, Édouard-Montpetit

Lieux géographiques: Québec, Montréal, Trois-Rivières Val-d’Or États-Unis Moncton Ottawa

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires