Michaël Langlois a hâte de sauter sur le terrain

Martin
Martin Guindon
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

L'Amossois se remet bien de sa blessure au genou

Le footballeur Michaël Langlois se remet bien de sa blessure au genou et trépigne d'impatience d'enfin sauter sur le terrain avec le Rouge et Or de l'Université Laval. Une occasion qu'il attend depuis plus d'un an.

Le footballeur Michaël Langlois a bien hâte de sauter sur le terrain pour la première fois dans son uniforme du Rouge et Or de l'Université Laval.

Il faut dire l'Amossois a joué de malchance, s'étant blessé lors d'un entraînement à la fin du mois de juillet 2011. Une déchirure du ligament croisé antérieur au genou droit l'a tenu à l'écart de son sport préféré pendant plusieurs mois, ratant complètement sa première saison de football universitaire. Son dernier match remonte donc à la finale du Bol d'Or, qu'il a remportée avec son équipe collégiale AA des Volontaires de Sherbrooke, en novembre 2010.

«J'ai été opéré en septembre (ils ont remplacé son ligament par un tendon ischio-jambier) et j'ai ensuite été en réhabilitation. J'ai recommencé lentement. C'est tout un processus. Ce fut très difficile de voir mes coéquipiers jouer toute la saison, l'automne dernier. Mais j'ai persévéré. Je voulais revenir en forme cette saison. Je considère que je suis à 90 ou 95 pour cent en ce moment. Je me garde une petite marge de manœuvre dans mes entraînements», a expliqué celui que l'on a rencontré lors de son récent passage à Amos, alors qu'il agissait comme président d'honneur du 10e Mondial du soccer de La Calypso.

Un baptême attendu

En d'autres mots, l'Amossois n'a toujours pas eu son baptême du football universitaire. À moins d'un imprévu, il devrait l'avoir à la fin du mois d'août, lors du match hors-concours du Rouge et Or contre les Marauders de l'Université McMasters, qui a privé l'Université Laval d'une 7e Coupe Vanier, en novembre dernier. Ce «match revanche» aura lieu à Sainte-Foy.

«J'ai hâte. Le camp d'entraînement commence le 13 août. D'ici là, je m'entraîne sans restriction. Je cours trois fois par semaine. Je fais six à sept entraînements par semaine. J'ai le dimanche de congé et je peux m'entraîner deux fois le lundi. Je veux être prêt», affirme celui qui a participé à un camp de mise en forme avec l'équipe à Orlando, en Floride, au mois de mars.

Rien n'est acquis

Il faut dire que rien n'est acquis pour Michaël Langlois, qui devra mériter son poste de maraudeur (demi-défensif) au sein de l'équipe. «Il y a deux autres joueurs à ma position. J'aurai donc de la compétition au camp. C'est sûr que mon objectif est de jouer le plus rapidement possible. Il y a toujours les unités spéciales aussi, où je peux jouer à toutes les positions défensives avec mon physique (6 pieds, 200 livres) et ma vitesse», précise celui qui a encore quatre saisons universitaires devant lui, en vertu des règlements canadiens.

«Mais je pourrais demander une dérogation dans quatre ans, si je voulais jouer une saison de plus, puisque je n'ai pas joué du tout la saison dernière», croit celui qui espère être repêché par une équipe de la Ligue canadienne après sa quatrième saison.

Aspirer aux grands honneurs

Selon Michaël Langlois, le Rouge et Or peut encore aspirer aux grands honneurs cette année. «C'est clair que c'est un objectif d'équipe, de remporter la Coupe Vanier cette saison. On ne perd presque pas de joueurs. On a une bonne défensive. Notre quart-arrière en sera à sa quatrième saison et aura la chance de se faire valoir, alors que notre quart numéro un a terminé», confie celui qui poursuit des études universitaires en relations industrielles.

Organisations: Université McMasters, Université Laval, Ligue canadienne

Lieux géographiques: Amos, La Calypso, Sainte-Foy Orlando Floride

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires