La santé sexuelle dans un jeu de cartes

Patrick
Patrick Rodrigue
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Un projet unique en son genre créé par le Centre des ROSÉS

Transmettre volontairement la chlamydia à quelqu’un peut-il être amusant pour les deux personnes impliquées? Eh bien, oui!

Marie-Ève Giroux et les cartes du prototype d’essai du jeu préventif 100/Limite.

Dans l’optique d’accroître les connaissances des jeunes de 12 à 17 ans sur la santé sexuelle et à adopter des pratiques sécuritaires, le Centre des ROSÉS de l’Abitibi-Témiscamingue s’affaire à mettre la touche finale sur un outil audacieux et unique en son genre au Québec qui prendra la forme d’un jeu de cartes. Vaguement inspiré du Mille Bornes, le jeu 100/Limite comprendra 120 cartes que les joueurs, à raison de huit par partie, devront utiliser avec stratégie pour demeurer en bonne santé jusqu’à la fin.

«Par exemple, un joueur pourra attaquer avec la carte “Vous avez contracté la chlamydia”. L’autre devra alors trouver comment répliquer avec des cartes défense, tout en évitant les pièges des cartes obstacles, par exemple “Allergie au latex”», explique l’intervenante en prévention Marie-Ève Giroux.

Pas de mauvaise réponse

Le jeu ne comporte pas de mauvaise carte. Pour chaque cas de défense, le joueur devra argumenter sur son choix. «De cette manière, on veut amener les jeunes à réfléchir sur leur santé sexuelle, à en discuter entre eux et à adopter des pratiques saines et sécuritaires, mentionne Mme Giroux. On l’a vu avec les photos-romans de notre ancien projet, Ados-Cam, le message de prévention passe toujours mieux dans un contexte amusant.»

Tournée régionale

Le jeu de cartes 100/Limite vient d’ailleurs prendre le relais d’Ados-Cam, qui a pris fin le 31 mars dernier sur une excellente note, alors que 453 jeunes ont été rencontrés au cours des deux années du projet pour un objectif initial de 200.

«Le message de prévention passe toujours mieux dans un contexte amusant» Marie-Ève Giroux

«Le jeu est prêt et il a été testé auprès d’adultes. Il reste maintenant à le tester avec des jeunes pour corriger d’éventuels défauts. En parallèle, on prépare aussi une activité pour intégrer le jeu dans un contexte d’échange et non juste arriver et commencer à jouer», précise Marie-Ève Giroux.

Lorsque tout sera prêt, l’intervenante en prévention se lancera dans une tournée des maisons de jeunes et des comités jeunesse de la région. «On espère débuter à la fin de l’automne, au plus tard en janvier. À nouveau, on s’est fixé comme objectif de rejoindre 200 jeunes de 12 à 17 ans», signale-t-elle.

100/Limite à la maison

Chaque milieu qui sera visité devrait recevoir au moins un jeu 100/Limite. «Pendant les causeries d’Ados-Cam, on a vu que les intervenants étaient souvent peu ou pas outillés en matière de santé sexuelle, souligne Mme Giroux. De cette manière, ils pourront, à leur tour, animer le jeu à leur façon et, surtout, faire de la prévention auprès des jeunes autant de fois qu’ils le voudront.»

Advenant une réponse positive des jeunes, le Centre des ROSÉS souhaiterait aussi pouvoir imprimer des exemplaires du jeu qui seront remis à quelques jeunes. Ils pourront ainsi poursuivre le jeu – et les discussions – avec leur famille et leurs amis. «Mais ça, c’est en fonction des budgets dont nous disposerons alors», prévient Marie-Ève Giroux.

Organisations: Centre des ROSÉS, Chaque

Lieux géographiques: Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • marie-virginie samson
    04 juillet 2012 - 18:11

    félicitation ma belle, continue a faire un beau travail, tu est super d'avoir pensée a faire un jeu comme ça.... bravo !.... Marie bisous x0x0x0