Un appareil pour mieux observer veines et artères

Martin
Martin Guindon
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Investissement de 900 000 $ à l'hôpital d'Amos

Dès cet automne, la région pourra bénéficier d'un nouveau système d'angiographie numérique à la fine pointe de la technologie, grâce à un investissement de 900 000 $ partagé à parts égales entre Québec, l'Agence régionale et le Centre de santé et de services sociaux Les Eskers de l'Abitibi (CSSS).

Le ministre Pierre Corbeil serre ici la main du directeur général du CSSS Les Eskers de l'Abitibi, Michel Michaud, devant le PDG de l'Agence, Jacques Boissonneault.

Cet équipement viendra remplacer celui acquis il y a une quinzaine d'années avec l'aide de la Fondation hospitalière d'Amos. Il s'agit d'un appareil d'imagerie médicale qui utilise des rayons X pour observer le système circulatoire (veines et artères). Il peut être utilisé à des fins diagnostiques, mais aussi pour certaines interventions spécialisées.

«C'est une importante annonce dans le domaine des hautes technologies médicales au bénéfice de l'hôpital d'Amos, mais aussi de toute la population de la région. Nous allouons 300 000 $, alors que l'Agence et l'établissement injecteront chacun une somme équivalente pour un projet total de 900 000 $. L'équipement sera acquis, installé et fonctionnel pour le début de l'automne 2012», a précisé le ministre régional Pierre Corbeil, qui a fait l'annonce au nom de son collègue Yves Bolduc, ministre de la Santé.

Un appareil à vocation régionale

Le président-directeur général Jacques Boissonneault a expliqué que l'Agence s'impliquait financièrement dans ce projet puisqu'il s'agit d'un équipement qui profitera à toute la région. «Le CSSS a un mandat régional en angiographie. C'est complémentaire à sa spécialité en chirurgie vasculaire, un secteur en croissance avec le vieillissement de la population», a-t-il fait valoir.

Cette acquisition réjouit le directeur du CSSS, Michel Michaud, qui pourra ainsi remplacer un équipement pour lequel il était devenu difficile de trouver des pièces de remplacement. «Il est important de continuer à offrir le service directement ici dans la région, au bénéfice de notre population», a-t-il insisté.

Organisations: Fondation hospitalière d'Amos, Agence régionale de la santé, CSSS Les Eskers de l'Abitibi

Lieux géographiques: Hôpital d'Amos, Amos

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires