Un coup de génie qui dure depuis 25 ans

Martin
Martin Guindon
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Pierre et France Galarneau partagent leur passion avec jeunes et moins jeunes

Depuis maintenant 25 ans, Pierre et France Galarneau partagent leur passion pour la culture générale dans la région, et ce, par le biais du jeu-questionnaire Génies en herbe et ses dérivés.

Tout a débuté en 1986 pour le couple de St-Dominique-du-Rosaire. «J’étais bénévole à la bibliothèque et on se demandait si les jeunes lisaient ou pas. L’enseignante Lorraine Fortier et moi, on a donc pris la formule pour une première fois et on a organisé un Génies en Astérix. L’activité a connu beaucoup de succès», se souvient France Galarneau, qui est technicienne en loisir de formation.

Les communautés de St-Dominique et St-Félix avaient alors acheté le premier encodeur de priorité, une machine qui avait coûté 1100 $. Chaque année jusqu’en 1991, des parties de Génies en herbe étaient ainsi organisées sur différents thèmes choisis par les enseignants. Puis, profitant du plan de réussite scolaire du ministre Michel Pagé, l’activité a fait son entrée dans toutes les écoles de la Commission scolaire Harricana (CSH). Le Génies en herbe portant sur les matières scolaires a vu le jour en 1994. «Ça s’est répandu grâce à Jocelyne Allard. On avait monté le projet pour le plan de réussite avec Rémi Bélanger», se souvient France Galarneau.

Au secondaire

Génies en herbe est apparu au secondaire en 1992. Pierre Galarneau et Christian Lalut ont alors formé des équipes, dont certaines ont participé à l’émission de Radio-Canada en 1993 et 1994. Un premier tournoi civil (adultes) a été organisé en 1994 pour financer les activités du jeu-questionnaire et l’engouement a mené à la création d’une ligue civile, transformée par la suite en rencontres sociales.

Amos a été l’hôte du Tournoi provincial de Génies en herbe au secondaire en 1995 et en 2009, puis du premier tournoi provincial pour adultes en 1997. Amos a aussi produit plusieurs champions provinciaux, autant des équipes que des individus.

Ingénieux et sages

En parallèle à tout ça, le couple a mis sur pied, avec le psychologue Pierre Barrette, le Club des Ingénieux en 1995. Celui-ci encourageait les élèves à s’améliorer en classe, en agissant comme récompense. Ils participaient alors à des ateliers avec démonstrations interactives, avec un volet Génies. En 2000, le Club des Ingénieux est devenu un Génies en herbe pour élèves du primaire diffusé à la télévision communautaire et s’est étendu à l’ensemble du primaire, grâce notamment à Danièle Larose.

Le jeu-questionnaire a aussi été étendu aux aînés, avec la création du Génies sages. «Ça permet aux vieux de garder des neurones jeunes», image Pierre Galarneau, qui est retraité de l’enseignement depuis 2004. Le couple a aussi créé les Jeux Abitibiques, une série d’épreuves individuelles portant sur différents thèmes. Ceux-ci ont débordé les frontières régionales jusqu’au Festival Juste pour Rire à Montréal pendant cinq ans.

Culture nécessaire

Et ça n’arrête jamais pour ce couple hyperactif, qui a une soif d’enseigner aussi grande que sa soif d’apprendre. Aujourd’hui à l’aube de la soixantaine, ils sont toujours d’ardents promoteurs de la culture générale, qu’ils trouvent à ce point importante, qu’elle devrait faire partie du curriculum scolaire à leurs yeux. Ils ont même créé les Bourses Galarneau pour encourager l’acquisition de connaissances générales.

«On pense que c’est nécessaire pour les jeunes d’avoir une bonne culture générale. Ça aide les élèves à l’école, ils comprennent mieux en pouvant faire plusieurs liens. On verrait très bien des cours de pantologie à l’école. On ferait de meilleurs citoyens», estime Pierre Galarneau.

Le couple doit toutefois composer bien souvent avec les préjugés à l’endroit des élèves les plus érudits. Sans compter que Génies en herbe ne parvient pas à se faire reconnaître par aucun ministère, ce qui rend l’accès aux programmes de financement bien difficile. C’est ce qui explique sans doute que Génies en herbe Harricana doive s’autofinancer à 74 pour cent.

Organisations: Commission scolaire Harricana, Club des Ingénieux, Radio-Canada Génies en herbe

Lieux géographiques: Amos, St-Dominique-du-Rosaire

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires