Matamec peut aller de l’avant à Kipawa

Patrick
Patrick Rodrigue
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Les Algonquins lèvent leurs menaces de blocus

Les deux Nations algonquines du sud du Témiscamingue ne bloqueront finalement pas les opérations de Matamec Explorations à Kipawa. À quelques heures de l’ultimatum lancé deux semaines plus tôt par les Nations d’Eagle Village et Wolf Lake, les trois parties en sont venues à un accord.

Le gîte de Kipawa présente des concentrations intéressantes en terres rares, des éléments notamment utilisés dans les véhicules électriques et dans les hautes technologies.

Dans une lettre expédiée à la fin de juin à Matamec, les deux Nations avaient fixé au 6 juillet la date avant laquelle la société devait conclure une entente où elle devait s’engager à aborder avec les deux communautés les impacts environnementaux, sociaux et économiques du projet de terres rares Zeus. L’accord a finalement été officiellement signé le 6 juillet à 11h.

Grand pas dans la bonne direction

En vertu de l’entente, les deux parties ont convenu de ne pas commenter publiquement les négociations qui ont eu cours lors des dernières semaines. Il en va autrement de l’accord.

«Nous sommes satisfaits, a indiqué le président de Matamec, André Gauthier. C’est une lettre d’entente qui lie formellement les trois parties. On peut qualifier cela de grand pas dans la bonne direction vers le développement durable du projet de Kipawa, pour lequel nous devrions recevoir les résultats de l’étude de faisabilité au deuxième trimestre de 2013. Une collaboration éclairée devrait permettre à toutes les parties d’en profiter.»

Matamec, Eagle Village et Wolf Lake se sont d’ailleurs engagées à négocier un protocole de consultation et d’exploration dans lequel la société devra énoncer formellement ses procédures. Une entente sur ce protocole devra être conclue d’ici les 120 prochains jours.

«On peut qualifier cela de grand pas dans la bonne direction vers le développement durable du projet de Kipawa» André Gauthier

Études et mesures d’atténuation

En vertu de l’accord, Matamec s’est aussi engagée à appuyer des études spéciales dirigées par Eagle Village et Wolf Lake pour identifier les différents impacts que la mise en opération d’une mine de terres rares pourrait entraîner sur les deux communautés algonquines. Ces dernières s’inquiètent particulièrement de la gestion environnementale des résidus, qui émettront un léger taux de radioactivité, notamment à cause de la présence de faibles concentrations d’uranium et de thorium.

Dans cette optique, la société entreprendra des mesures d’atténuation des impacts de son projet sur l’environnement et le mode de vie traditionnel des Algonquins, tout en s’efforçant de développer une relation de respect mutuel avec les deux communautés. «La lettre d’entente prévoit d’ailleurs un processus de résolution des conflits», a fait savoir M. Gauthier.

Lieux géographiques: Kipawa, Eagle Village, Wolf Lake

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires