8200 tonnes de CO2 en moins dans le ciel de Béarn

Patrick
Patrick Rodrigue
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Tembec inaugure sa nouvelle chaudière à la biomasse

Plus de 8200 tonnes de gaz à effet de serre ne seront plus dégagées dans l’atmosphère par la scierie de Tembec à Béarn grâce à l’installation d’une nouvelle chaudière alimentée aux écorces. L’équipement sécurisera aussi l’usine de cellulose qu’opère la société à Témiscaming.

La chaudière alimentée aux écorces fabriquée par Wellons FEI Corp, lors de son installation à Béarn.

Après avoir annoncé son projet à la mi-juillet 2011, Tembec a procédé à l’inauguration de ce nouvel équipement le 22 juin. Fabriquée par Wellons FEI Corp, la nouvelle chaudière opère aux écorces humides broyées, un des résidus qui représente le moins de revenus pour l’usine.

D’une capacité de 7000 kW, elle remplace deux vieilles chaudières au mazout, dont la capacité combinée atteignait 6000 kW pour une consommation annuelle de 2,8 millions de litres. L’énergie produite par la nouvelle chaudière servira à chauffer les bâtiments de l’usine en hiver, tandis que de la vapeur à 100 livres de pression alimente deux séchoirs à bois.

Réduction de 88 pour cent

Le projet de Tembec a nécessité un investissement de 6 M $, dont plus de la moitié provient du Programme de réduction de la consommation de mazout lourd du gouvernement du Québec, financé par le Fonds vert dans le cadre du Plan d’action sur les changements climatiques.

«En accordant une aide de 3,6 M $ en juillet 2011, notre gouvernement a renforcé la position stratégique de Tembec dans le secteur de la foresterie tout en facilitant l’utilisation de la bioénergie en remplacement de l’énergie fossile», a fait valoir le ministre régional Pierre Corbeil, lors de l’inauguration.

Cette valorisation énergétique des écorces permettra de réduire de 8204 tonnes les émissions annuelles de CO2 de l’usine de Béarn, ce qui correspond à une baisse de l’ordre de 88 pour cent. «Cela équivaut à retirer 2412 véhicules de la route», a illustré M. Corbeil.

D’une pierre deux coups

Cette modification des installations de Béarn devrait aussi permettre à Tembec d’assurer la viabilité à long terme de l’usine de cellulose spécialisée qu’elle opère à Témiscaming. Cette dernière reçoit en effet des copeaux comme matière première et de la biomasse de qualité comme source d’énergie en provenance de la scierie de Béarn. La proximité des deux usines réduit d’autant les coûts de transport.

Organisations: Tembec, Fonds vert dans le cadre du Plan d’action

Lieux géographiques: Béarn, Québec, Témiscaming

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires