Une autre fierté collective

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le mot de Jean-Paul Charlebois

Depuis le jour où Jacques Blais m’a approché à l’automne 2004 pour me demander de l’épauler sur un projet d’agrandissement et de rénovation de l’aréna Dave-Keon, j’ai eu accès à une foule de détails concernant le cheminement de ce dossier. À partir du concept de base élaboré par Daniel Bilodeau au printemps 2005 et via les diverses étapes auxquelles on m’a permis de participer par après, j’aurais dû avoir une bonne idée du produit final. Mais comme je suis plutôt un visuel, j’avais beaucoup de difficulté à m’imaginer la réalité.

Jean-Paul Charlebois

 

Or, la réalité, on devrait pouvoir l’apprécier pleinement au cours des prochaines semaines avec la fin des travaux et à date, je dois reconnaître que c’est au-delà de mes espérances. En entrant dans le nouvel amphithéâtre, on a vraiment l’impression d’être ailleurs. Méconnaissable, voilà le terme qui convient le mieux dans les circonstances. Au cours des dernières années, j’ai fait le tour de tous les arénas de la LHJMQ et je n’hésite pas à dire que le nôtre est l’un des plus beaux. Quand le nouveau tableau indicateur avec écran sera installé en janvier, on pourra vraiment dire qu’on est majeur et qu’on n’a rien à envier à quiconque.

J’ai aussi entendu plusieurs commentaires sur le projet avant son acceptation et pendant la construction. Quand on a parlé de cela la première fois, j’ai lu quelque part que l’on rêvait en couleurs et que ce projet ne demeurerait qu’un beau rêve. Un peu plus tard, on doutait du succès de la campagne de sollicitation des Huskies auprès de la communauté d’affaires et de l’appui des gouvernements provincial et fédéral. De l’avis de plusieurs, il aurait aussi été très difficile et même périlleux de faire du neuf avec du vieux et on se demandait bien comment on ferait pour ajouter 1000 sièges avec la structure en place.

Mais, ce qui a surtout fait jaser depuis quelques mois, c’est l’aspect extérieur de la bâtisse, qui ne fait pas l’unanimité. J’ai croisé plusieurs personnes de tous âges qui trouvent cela beau et qui font valoir l’originalité et l’avant-gardisme du concept. Plusieurs autres ne trouvent pas cela beau et ils ont le droit de le dire. Mais, ce n’est pas nécessaire de faire une insulte à l’intelligence et aux sentiments de ceux et celles qui ne sont pas du même avis, et dont je suis, en allant jusqu’à dire que c’est raté.

Depuis le premier match des Huskies dans l’aréna rénové, le 24 novembre, j’entends surtout des éloges venant de gens d’ici et d’ailleurs à l’endroit de cette propriété collective. On est impressionné par l’ampleur de l’enceinte, la qualité de l’éclairage, le confort des nouveaux sièges, l’amélioration du système de son et des espaces de circulation ainsi que des services sanitaires et de restauration. Bien sûr, on y trouvera des imperfections comme dans toute nouvelle construction, mais, de façon générale, on est enchanté du produit final.

Au bout du compte, que l’on soit pour ou contre, que l’on trouve cela beau ou pas, ce qui importe, c’est que l’on reconnaisse que cet édifice est une autre fierté collective au même titre que d’autres réalisations récentes chez-nous, comme le Centre de ski du Mont-Kanasuta, le Centre d’exposition et, bientôt, le nouveau pavillon de l’UQAT.

Joyeux Noël et bonne et heureuse année 2012!

Organisations: Centre de ski du Mont-Kanasuta, Centre d’exposition, UQAT

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires