Le mal-aimé des Alouettes

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le mot de Jean-Paul Charlebois

Mon intérêt pour le football remonte aux débuts des années soixante, alors que j’ai eu le privilège et le plaisir de jouer aux niveaux secondaire et collégial. Eh oui, il y a déjà eu du football organisé en Abitibi-Témiscamingue, un sport qui ne se pratique plus dans nos écoles aujourd’hui et qui était très en vogue à cette époque. En plus du football scolaire, il y avait même une équipe de calibre senior chez nous, qui évoluait dans la ligue du Nord de l’Ontario et qui s’appelait Les Fantassins de Rouyn-Noranda.

Jean-Paul Charlebois

Mon frère Pierre, le deuxième de la famille, jouait aussi avec moi dans la même équipe et mes six autres frères ont également eu le bonheur de pratiquer ce beau sport, mais à un niveau inférieur, pendant une courte période. Ce qui fait que tout le clan Charlebois a toujours démontré un intérêt particulier pour le football et depuis ce temps, on se réunit à chaque année pour voir et écouter ensemble les matchs de la Coupe Grey et du Super Bowl.

Durant la saison, on suit de près les activités des Alouettes de Montréal dans la Ligue canadienne de football et l’un de nos sujets favoris de discussion s’appelle Anthony Calvillo, le quart-arrière des Alouettes, qui est aussi, selon moi, le mal-aimé de l’équipe. Pourquoi? Tout simplement parce qu’on a trop souvent tendance à retenir davantage ses gaffes plutôt que ses exploits. Et il n’y a pas que mes frères qui s’obstinent à faire cela.

Récemment, au lendemain d’une défaite des Alouettes en saison régulière, je lisais un article d’un journal bien connu au Québec, qui me donnait l’impression que le seul responsable du revers était Calvillo. Pourtant, l’unité défensive avait écopé de deux pénalités majeures pour obstruction qui avaient coûté deux touchés et c’est à peine si l’on en parlait. Si c’était un fait isolé, je n’en ferais pas de cas, mais, avouez avec moi qu’à chaque défaite des Alouettes, ça ressemble à cela du côté de nos médias.

Pourtant, Calvillo vient de passer à l’histoire en devenant le meneur de tous les temps chez les quarts-arrières du football professionnel en Amérique du Nord pour le nombre de verges gagnées par la passe. Il détient aussi les records du plus grand nombre de passes complétées et du plus grand nombre de touchés par la passe dans la Ligue canadienne. Il a mené son équipe à huit participations à la finale de la Coupe Grey au cours des onze dernières années, remportant le précieux trophée à trois reprises. Mais, on se rappelle surtout des moments où il aurait soi-disant croulé sous la pression!

Malheureusement pour lui, il n’a pu conduire son équipe au-delà de la demi-finale de l’Est cette année, malgré une autre performance magistrale. Mais on trouvera bien quelqu’un pour parler de son interception et d’un échappé qui ont coûté des points, même s’il a été frappé dans les deux cas. Malgré cet échec, je considère que Calvillo a connu une autre saison remarquable. Comme tous les partisans des Alouettes, il m’aura fait vivre des moments d’anxiété parfois, mais je me souviendrai toujours davantage de ses exploits comme le passeur le plus prolifique du football professionnel en Amérique du Nord.

Pour conclure, je vais y aller d’une prédiction même si je ne connais pas les adversaires du prochain match de la Coupe Grey à l’heure de tombée du journal. Les Lions de Vancouver devraient soulever la Coupe devant les joueurs des Tiger-Cats de Hamilton.

À la prochaine.

Organisations: Alouettes de Montréal, Ligue canadienne de football

Lieux géographiques: Québec, Amérique du Nord, Amérique du Nord.Pour Lions de Vancouver

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires