La retraite : une belle occasion de re-traiter sa vie

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le mot de Jean-Paul Charlebois

Avant de prendre ma retraite en mai 2003, à l'âge de 60 ans, j'avais été fasciné par la lecture d'un volume sur le sujet intitulé « À la retraite, re-traiter sa vie ». L'auteure de ce bouquin, Lucie Mercier, m'avait fait comprendre qu'au cours du troisième âge, chaque individu continue de développer sa personnalité et poursuit son évolution. Re-traiter sa vie, c'est élaborer un ou des projets qui nous assurent d'une utilité sociale qui fait du sens pour nous. Pour moi, cela voulait dire que c'était une occasion rêvée de vivre des expériences nouvelles à partir de talents ou d'intérêts cachés ou insoupçonnés jusqu'à maintenant.

Jean-Paul Charlebois

J'ai donc entrepris cette nouvelle période de ma vie avec l'idée d'assouvir ma passion pour le sport et l'histoire, et j'ai commencé à fréquenter assidûment le Centre d'archives  à Rouyn-Noranda pour feuilleter les journaux de la région et y recueillir des notes afin de tenter une expérience d'écriture sur l'histoire du hockey à Rouyn-Noranda.  Ça fait déjà huit ans que je suis à la retraite et j'ai réussi à ramasser plusieurs données sur le sujet, mais je ne suis pas à la veille de publier. Pourquoi?

Parce que parallèlement à cette activité, j'ai eu la chance de vivre d'autres expériences de vie auxquelles j'avais déjà rêvé, mais que je ne croyais jamais pouvoir vivre. C'est ainsi que j'ai joué un rôle actif dans le dossier d'agrandissement et de rénovation de l'aréna Dave-Keon, accepté d'animer une émission hebdomadaire à TVC-9 concernant les Huskies et devenir finalement la voix officielle de l'équipe pour la description des matchs à la radio. Tout cela dans l'optique de relever de nouveaux défis en mettant à profit mon expérience de vie professionnelle et mes intérêts cachés de jeunesse pour l'animation à la radio et à la télévision. En d'autres mots, en acceptant de re-traiter ma vie. 

Quand on m'a approché pour rédiger cette chronique, je me suis bien demandé pourquoi, mais j'ai finalement réalisé que c'était une autre belle occasion de continuer à évoluer et surtout de faire quelque chose que j'aime énormément : écrire. Je tente donc l'expérience en espérant qu'elle sera agréable pour vous et pour moi. De quoi sera-t-il question?

Comme on m'a laissé le champ libre à mon propre rythme, je vais être au rendez-vous toutes les deux semaines d'abord et on parlera de hockey junior et des Huskies, bien sûr, mais aussi de sport en général.  Je reviendrai de temps à autre sur certaines expériences marquantes de travail comme aux Jeux olympiques de Montréal en 1976, certains faits saillants de ma vie comme ma rencontre avec Muhammad Ali, l'histoire du hockey dans la région, le parcours de certains pionniers de notre ville comme mes grands-parents et mes parents, et plusieurs sujets d'actualité. J'en profiterai peut-être pour faire quelques clins d'œil à des anciens ou anciennes collègues de travail, ou à des amis qui ont aussi compris que la retraite, c'est un temps à soi et aux autres.

Et tout cela en ayant à l'esprit les deux valeurs suivantes : respect des autres et positivisme. En fait, un peu de tout et de rien et le rien, ce sera pour les occasions où vous trouverez que je n'avais vraiment rien à dire! À bientôt.

Organisations: Centre d'archives

Lieux géographiques: Rouyn-Noranda

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Colette Chamberlain
    13 septembre 2011 - 16:06

    Serai au rendez-vous à toutes les fois qu'un de vos articles sera publié.