Incendie à Osisko: les dégâts sont limités

Myriam
Myriam Grenier
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

L’incendie de l’usine de traitement du minerai de la Corporation minière Osisko, déclenché à 23h45 le 9 mai, a causé des dommages au cyclone numéro quatre, au pont roulant, au toit et au mur. L’usine sera hors service au moins pour deux ou trois semaines, selon l’évaluation préliminaire.

Hélène Thibault, responsable des communications pour la Corporation minière Osisko, pose devant l’usine de traitement du minerai où s’est déclenché l’incendie, hier soir. On aperçoit des traces sur le toit, à droite. (Photo: Myriam Grenier)

L’incendie survenu à la Canadian Malartic n’a fait aucun blessé. Il aura toutefois des impacts sur la production de l’entreprise minière, au moins pour les prochaines semaines, le temps de réparer les dégâts. «Osisko profitera de cette période d’arrêt pour exécuter par anticipation des travaux d’entretien à son usine, assurée contre les dommages au-delà d’une franchise de 250 000 $. Elle est assurée contre l’interruption des opérations au-delà d’une franchise équivalent à vingt jours», pouvait-on lire dans un communiqué émis par la Corporation.

Secteurs touchés

Selon les premières constatations, l’incendie, causé par un travail de soudure, a été restreint autour du cyclone numéro quatre.

L’usine utilise quatre séries de cyclones, la série numéro quatre se trouve endommagé, en plus du pont roulant de ce secteur, ainsi que des dommages limités au pont roulant du secteur du broyeur à boulets. Le toit et le mur de cet endroit sont aussi touchés. «Il ne semble pas y avoir de dommages au broyeur semi-autogène ou aux broyeurs à boulets ainsi qu’aux autres systèmes de l’usine», lisait-on dans ce même communiqué.

«Tout le reste fonctionne: la fosse, les garages, les bureaux administratifs, a informé Mme Thibault. Le plus important pour nous, c’est de savoir qu’il n’y a aucun blessé et qu'aucune personne n’a été incommodée par la fumée.»

Selon la responsable des communications, le plan d’urgence a été respecté. «Toutes les étapes ont été franchies avec succès. Aussi, la population n’a pas été incommodée, car le vent venait du nord», a souligné Hélène Thibault.

Les circonstances

Selon l’enquête effectuée sur les lieux, le feu a été causé par un employé lors d’un travail de soudure. Celui-ci, après avoir tenté d’éteindre le feu, a contacté les pompiers de la Ville de Malartic à 23h45.

«Arrivés sur place, nous avons confirmé le feu et demandé l’aide de Rivière-Héva, qui a envoyé deux équipes, et de Val-d’Or, qui a fourni une échelle et deux équipes, pour un total de 51 pompiers sur place. La minière nous a aussi prêté de l’équipement pour nous permettre de nous rendre sur le toit», a raconté Louis Brisson, directeur du Service des incendies de Malartic.

Le feu a été maîtrisé vers 4h30 et l’enquête a débuté vers 7h30 pour déterminer son origine.

Organisations: Canadian Malartic, Corporation, Ville de Malartic Service des incendies de Malartic

Lieux géographiques: Val-d’Or

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires