Le Festival de cinéma des gens d'ici scrute dans le futur

Valérie
Valérie Maltais
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le Festival de cinéma des gens d'ici (FCGI) fait un saut dans le futur pour sa 3e édition. Complots, invasions, survie et disparition du soleil seront des concepts abordés dans les sept courts-métrages présentés à la fin de l'été.

Le président du Festival de cinéma des gens d'ici, Serge Bordeleau, a dévoilé la thématique de la 3e édition de l'évènement: le Futur. Sept courts-métrages seront présentés au public le 8 septembre prochain.

L'évènement prendra place du 6 au 9 septembre, à Val-d'Or. Le choix du thème 2012 s’inscrit dans la volonté du Festival de ratisser plus large, tant par l’offre de films que par le public rejoint.

«On veut développer notre public. On veut rejoindre plus de gens et leur faire découvrir le cinéma d'auteur, les cinéastes d'ici et le court-métrage», a expliqué Serge Bordeleau, président du FCGI.

Patrick Brodeur, François Charrette, Philippe David Gagné, Jonathan Foucault, Virgil Héroux Laferté, Jonathan Levert et Jason Paré présenteront des visions distinctes d'une Abitibi-Témiscamingue futuriste lors de la soirée Vues d'ici, le 8 septembre.

Explorer un thème différent

Cette thématique post-moderne suit celles du 75e anniversaire de la Ville en 2010 et de Boomtown en 2011. La proposition a été très inspirante pour les sept cinéastes émergents.

«Boomtown avait suscité plusieurs questionnements, mais pas le futur. Tout le monde se projette dans l'avenir, certains avec beaucoup d'imagination. C'est un thème qui rejoint les jeunes créateurs», a évoqué M. Bordeleau.

D'ailleurs, un total de 12 projets ont été reçus par les organisateurs cette année. Ne voulant pas trop diviser les parts du gâteau, ils ont préféré refuser cinq de ces projets.

Un futur historique

Paul-Antoine Martel devra faire une gymnastique intéressante pour garder la thématique du futur au sein de la soirée historique, qui a connu un franc succès lors des deux précédentes éditions.

Le membre organisateur du FCGI maintient que l'évènement peut osciller entre ces deux idéologies contraires, en plongeant dans la science-fiction du passé. «Ça peut donner quelque chose de drôle que de visionner un film des années 80 traitant d'un avenir futuriste à propos des années 2000», a-t-il fait valoir.

Un combo de Paule Baillargeon

Le festival se terminera avec la présentation de Trente tableaux, un long-métrage de Paule Baillargeon, réalisatrice originaire de la région et lauréate du prix Jutra Hommage 2012.

Le timing était bon entre elle et l'organisation. Selon M. Martel, l'Abitibienne est très enthousiaste à l'idée de venir présenter son film, traitant de son enfance et de son parcours, dans la ville même où elle a grandi.

Par ailleurs, l'artiste lancera l'exposition De l'écran au crayon, l'univers dessiné de Paule Baillargeon, tout juste avant la projection de son œuvre, le 9 septembre. Celle-ci sera présentée au Centre d'exposition de Val-d'Or jusqu'au 23 septembre.

Organisations: Centre d'exposition de Val-d'Or

Lieux géographiques: Val-d'Or

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires