François Gendron offre sa vaste expérience au PQ

Martin
Martin Guindon
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Il entend solliciter un 10e mandat comme député d'Abitibi-Ouest

Le député François Gendron a annoncé le 13 février qu'il souhaitait être le candidat du Parti québécois dans Abitibi-Ouest aux prochaines élections provinciales qui pourraient être déclenchées ce printemps.

François Gendron.

Cette décision prise en début d'année est le fruit d'une longue réflexion et d'une consultation de ses proches. Il l'a fait connaître à ses militants lors de l'assemblée générale de l'exécutif du Parti québécois d'Abitibi-Ouest, dimanche.

«C'est toujours un dilemme de choisir entre laisser ou poursuivre la politique. C'est un choix déchirant. Mais le cœur a souvent ses raisons que la raison ne connaît pas. Mon cœur me dit que je devrais continuer. Ma tête, mon corps et ma raison me disent souvent que j'ai déjà beaucoup donné. Mais mon cœur répond que j'ai encore le goût et la santé de poursuivre. Et il y a ce pays normal, celui pour lequel je me bats depuis longtemps, qu'on n'a pas encore», a-t-il notamment indiqué lors d'un point de presse tenu à son bureau de La Sarre.

Son expérience à profit

Revendiquant déjà neuf mandats consécutifs et plus de 35 ans à l'Assemblée nationale, François Gendron estime que le PQ pourra profiter de sa longue expérience.

«Je pense que je peux aider une équipe renouvelée comme celle du Parti québécois. On a souligné avec effervescence et gentillesse mes 35 ans de vie parlementaire cet automne et je reconnais l'importance de la relève, mais je crois qu'il est aussi important dans une équipe d'avoir quelqu'un qui a du vécu et des références historiques», a déclaré celui qui souhaite poursuivre la défense du concept de la ruralité avec beaucoup d'ardeur.

Une lutte à trois

Le député d'Abitibi-Ouest est convaincu que le PQ tirera son épingle du jeu lors de la prochaine élection, qui sera selon lui une bataille à trois avec le Parti libéral et la nouvelle Coalition pour l'avenir du Québec (CAQ).

«Nous avons un parti qui a des convictions, un chef intègre en Pauline Marois, qui est capable de défendre les intérêts des Québécois. Je pense que nos perspectives sont aussi bonnes que celles des autres partis. Nous avons un programme audacieux et moderne. Nous pourrons apporter les changements qui s'imposent sans balayer du revers de la main le modèle québécois», a-t-il affirmé.

«Je reconnais l'importance de la relève, mais je crois qu'il est aussi important dans une équipe d'avoir quelqu'un qui a du vécu et des références historiques» François Gendron

Un rôle plus actif

Réitérant qu'il voulait jouer un rôle plus actif sur la patinoire politique s'il devait être réélu, François Gendron a attaqué le Parti libéral, dénonçant son insensibilité et toutes les allégations de corruption et de collusion. Puis, il a pris quelques jabs à l'endroit des caquistes de François Legault.

«Oui, la CAQ y est pour beaucoup dans ma décision. J'ai bien de la misère avec Legault qui a enseigné les valeurs démocratiques alors qu'il était avec nous, et qui là nous propose un programme pensé par deux ou trois personnes et qu'il a l'intention de désigner lui-même les 125 candidats de son parti. Ce ne sont pas des valeurs auxquelles j'adhère», a-t-il fait valoir, ajoutant que le chef de la CAQ ne pourra légalement rouvrir les conventions collectives des employés de l'État comme il le promet actuellement.

Aux militants de décider

Des valeurs démocratiques qui lui font préciser qu'il souhaite être le candidat de son parti à la prochaine élection, mais que le dernier mot reviendra toujours à ses militants. «Le parti n'est pas à moi. Si un militant voulait lui aussi être candidat dans la circonscription, il y aurait alors convention et ce sera aux membres de choisir», a-t-il rappelé.

Organisations: Parti Québécois

Lieux géographiques: La Sarre

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires