De nouvelles réserves d'or relancent Goldex

Myriam
Myriam Grenier
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

100 M $ investis et 250 employés nécessaires en 2014

Fermée en octobre 2011 par mesure de sécurité face au danger d’un affaissement du terrain, la mine Goldex à Val-d'Or reprend ses activités grâce à deux nouvelles zones minéralisées satellites. Les opérations à la zone GEZ demeurent toutefois suspendues.

«Nous avons procédé à des investigations et des analyses pour réorienter nos stratégies de minage afin d’exploiter d’autres zones. Le conseil d’administration a approuvé notre plan pour procéder au développement de deux nouvelles zones, la M et la E, lors du dépôt de nos résultats financiers (le 25 juillet)», a indiqué Daniel Paré, directeur de la mine Goldex, lorsqu'il a rencontré la presse régionale, cet après-midi.

Le début de la production d’or est prévu en 2014. La mine utilisera les infrastructures actuelles, dont le puits et l’usine, et des investissements de 100 M $ seront nécessaires pour la construction d’une usine de remblai en pâte sur le site, le développement des infrastructures sous la terre et l’achat d’équipements, entre autres.

Retour graduel

À la suite de la décision de suspendre l’exploitation, aucun des 235 employés de la division Goldex n’avaient été mis à pied. Ils avaient eu la possibilité d’être relocalisés dans une autre division d’Agnico-Eagle.

«Cette nouvelle approche permettra de consolider 150 emplois et d’en créer 100 supplémentaires. Les employés relocalisés pourront revenir à Goldex de façon graduelle sur deux ans. En 2012 ce sera modeste, avec une dizaine de personnes», a expliqué M. Paré. Une centaine d’employés avaient été transférés lors de la fermeture de Goldex, en octobre 2011.

Durée d’au moins 4 ans

Même si la compagnie parle d’une durée de vie de quatre ans pour sa division de Val-d’Or, elle espère aller au-delà de ces années.

«Nous forons dans le but d’aller au-delà de 2020. On explorera d’autres zones», a indiqué le directeur de la mine. Déjà, plusieurs résidences autour de Goldex ont été acquises par la compagnie, de façon volontaire.

«Nous sommes encore en discussion avec des résidents environnants pour acheter leur maison. On a un grand besoin de logements, donc on s’en sert comme pied-à-terre pour nos consultants et notre personnel, quand c’est possible», a fait valoir Marc Moffet, directeur adjoint de la mine.

Les zones

Outre les zones M et E, la minière tente de développer des zones minéralisées additionnelles, dont la zone D, à 150 mètres sous la GEZ (la zone dont les activités ont été suspendues).

Parlant de cette zone affectée, la compagnie Agnico-Eagle pourra-t-elle y retourner dans un futur proche? «Les opérations sont suspendues pour une période indéterminée. On ne peut pas dire que jamais nous n’y retournerons, mais on ne sait pas encore quand cela pourra être possible», a affirmé M. Moffet.

Lors de la fermeture de la zone GEZ, le gisement renfermait toujours 1,4 million d’onces d’or. La perte pour Agnico-Eagle se chiffrait alors à 190 M $. Avec les zones M et E, on parle d’une production en or de 300 000 onces, avec une teneur de 1,5 gramme par tonne, à un coût d’exploitation de 900 $ l’once.

Organisations: Agnico-Eagle

Lieux géographiques: Mine Goldex, Val-d’Or

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires