Nuages noirs sur l’or de Granada

Patrick
Patrick Rodrigue
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Gold Bullion et Genivar se poursuivent mutuellement

Pas toujours facile de développer une mine, comme en fait foi une requête déposée par Genivar contre Gold Bullion Development Corp et à laquelle la société a répondu en déposant elle-même une requête contre la firme d’ingénierie.

Une semaine après avoir déposé sa demande reconventionnelle à la Cour supérieure du Québec, Gold Bullion a publié les résultats préliminaires de nouveaux sondages qui appuient l’hypothèse d’une basse teneur en or près de la surface et une teneur plus élevée pour une mine souterraine.

Gold Bullion avait contracté Genivar comme consultant indépendant dans le développement du projet aurifère Granada, situé dans le quartier du même nom au sud de Rouyn-Noranda. Or, le 11 novembre 2011, la société d’exploration a mis fin au contrat pour plutôt faire affaire avec SGS Canada.

Genivar affirme cependant que Gold Bullion lui devrait encore 783 652,06 $. Devant le refus de payer de cette dernière, la firme d’ingénierie s’est adressée aux tribunaux. Gold Bullion a aussitôt répliqué par une demande reconventionnelle dans laquelle elle nie devoir la somme exigée par Genivar, tout en lui réclamant des paiements de 25 431 906,10 $ en dommages et intérêts.

Perte d’une possibilité d’affaires

Selon la société d’exploration, Genivar n’aurait pas rempli ses obligations contractuelles dans le cadre du projet Granada, mais aussi du projet argentifère Castle à Gowganda en Ontario. L’entreprise n’a pas retourné les appels du journal pour obtenir des précisions. Par voie de communiqué, le PDG de Gold Bullion, Frank Basa, a cependant soutenu que la situation avait entraîné la perte d’au moins une possibilité d’affaires très intéressante.

Pas en péril, mais…

Si la société d’exploration maintient que le projet Granada n’est pas en péril, avec 97 700 onces d’or en ressources mesurées, 543 400 onces d’or en ressources indiquées et 846 600 onces d’or en ressources présumées, selon le plus récent rapport technique déposé en avril dernier par SGS Canada, certains investisseurs commencent à piaffer d’impatience.

Sur des forums spécialisés en investissement minier, certains échanges des dernières semaines sont particulièrement révélateurs, alors que des actionnaires ont déploré la «douloureuse lenteur» pour obtenir des résultats. D’autres investisseurs se sont déclarés outrés que leur argent serve à payer une poursuite en justice et non à financer le développement du projet minier.

Au 18 juillet 2012, l’action de Gold Bullion se transigeait 0,09 $ à la Bourse de Toronto. Un an auparavant, elle valait 0,42 $, ce qui correspond à un recul de 78,57 pour cent.

Organisations: Genivar, SGS Canada, Bourse de Toronto

Lieux géographiques: Granada, Rouyn-Noranda, Gowganda Ontario

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires