Canada Lithium s'entend avec Pikogan et Lac-Simon

Martin
Martin Guindon
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le projet d'Entente de coopération entre la société minière Canada Lithium et les communautés algonquines de Lac-Simon et Pikogan a franchi une étape historique, alors que les trois parties ont jeté les bases de leur collaboration à venir.

Au cours d'une cérémonie protocolaire qui a eu lieu à Pikogan, le vendredi 11 mai, la minière et les deux communautés ont ratifié une entente de pré-exploitation pour le projet Québec Lithium, qui entrera en opération d'ici la fin de l'année à La Corne, en plein cœur du territoire algonquin.

À terme, l'Entente de coopération viendra préciser différentes considérations telles l'éducation et la formation, les possibilités d'emploi, les conditions de travail, les occasions d'affaires et les compensations financières pour les deux communautés algonquines, qui ont accepté, en mars 2011, de négocier ensemble avec la société minière.

Certains éléments sont toutefois déjà en place au niveau de la formation et de l'emploi. Par exemple, la Coopérative de solidarité de Pikogan a effectué les travaux de déboisement sur le site de la future mine, l'an dernier.

Le fruit de deux ans de travail

«Nous sommes fiers de cette première entente à intervenir entre une société minière et la Nation algonquine. On aime être des précurseurs et être innovateurs. Cette signature aujourd'hui est à la fois une conclusion et un commencement. C'est le fruit d'un travail concerté débuté il y a plus de deux ans avec Pikogan, puis Lac-Simon», a rappelé Charles Taschereau, vice-président et chef des opérations Québec Lithium.

«C'est une étape importante et très positive pour nos communautés, a souligné pour sa part Bruno Kistabish, chef de la Première Nation Abitibiwinni de Pikogan. Cette entente va nous permettre d'être entendus. Au cours des prochains mois, nous allons construire des liens, apprendre à nous connaître et échanger sur nos attentes respectives au niveau de l'emploi, de la formation et des retombées.»

Devenir un exemple à suivre

Salomée McKenzie, chef du Conseil Anishinabe de Lac-Simon, a rappelé que les communautés algonquines devront négocier des ententes avec chacune des entreprises minières qui voudront s'implanter sur le territoire puisqu'elles ne sont pas couvertes par la Convention de la Baie-James.

«Nous vous remercions sincèrement, au nom des membres de nos deux communautés. On souhaite que cette entente devienne un modèle pour les autres projets miniers à venir et qu'elle puisse démontrer que la concertation est bénéfique pour l'ensemble des parties impliquées», a-t-elle souligné.

«Nous encourageons les autres sociétés minières qui veulent développer des projets dans la région à suivre notre exemple. Nous sommes mêmes prêts à partager notre expérience avec elles», a conclu Charles Taschereau.

Une fois en exploitation, la mine Québec Lithium créera 200 emplois directs et 50 indirects. Elle versera 15 M $ en salaire et prévoit dépenser 10 M $ en produits et services par année. Elle générera 12 pour cent de la production mondiale de lithium.

Organisations: Conseil Anishinabe de Lac-Simon, Conseil de la Première Nation Abitibiwinni, Canada Lithium Québec Lithium

Lieux géographiques: Pikogan, La Corne, Mine Québec Lithium

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires