Fonderie de chromite: rien n’est joué pour Rouyn-Noranda

Patrick
Patrick Rodrigue
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Si Rouyn-Noranda aimerait bien voir s’installer sur son territoire une fonderie qui traiterait le minerai de chromite extrait du projet Black Thor, dans le nord de l’Ontario, la concurrence risque d’être très forte de l’autre côté de la frontière, en particulier à Sudbury.

Dans un reportage diffusé sur les ondes de CBC, il a été révélé que Cliffs Natural Resources, la compagnie responsable du projet, a signé depuis un an un accord pour acheter le site de l’ancienne mine Moose Mountain, située au nord de Capreol, une municipalité comprise dans la communauté de Greater Sudbury.

Toujours dans ce même reportage, un conseiller municipal a laissé entendre qu’il s’agissait d’un autre indice comme quoi Cliffs Natural Resources ciblait en priorité Sudbury pour y implanter sa fonderie de chromite.

Un premier signe avait été lancé en novembre dernier, lorsque la compagnie a organisé une soirée d’information à Capreol pour présenter son projet à la communauté, qui lui avait alors réservé un chaud accueil.

Plusieurs candidates

Rien n’est cependant garanti. La compagnie n’a toujours pas arrêté sa décision et a laissé entendre que plusieurs autres villes sont dans sa mire, parmi lesquelles Thunder Bay, Timmins, Greenstone et, du côté québécois, Rouyn-Noranda et Bécancour.

Dans une entrevue accordée le 4 avril dernier au Thunder Bay Newswatch, Andrew Mitchell, directeur du développement pour Cliffs Chromite Ontario, une filiale de la compagnie, a mentionné que la décision finale reposait principalement sur un facteur, l’approvisionnement en énergie. La future usine aura en effet besoin de 300 MW pour opérer. À cet égard, Québec a récemment fait savoir qu’Hydro-Québec serait prête à accorder le tarif grande puissance à la compagnie. À moins de 3 cents le kilowattheure, il s’agit du plus concurrentiel en la matière.

«Je n’ai pas reçu d’indications contraires comme quoi on n’était plus dans la course» André Rouleau

Le ministère ontarien de l’Énergie a cependant indiqué qu’il travaillait en vue d’offrir à la compagnie une puissance électrique de 300 MW à Sudbury. De plus, dans la même entrevue accordée au Thunder Bay Newswatch, M. Mitchell a déclaré que sa préférence allait pour l’Ontario.

Plusieurs atouts pour Rouyn-Noranda

Cela ne démonte pas pour autant André Rouleau, directeur du Centre local de développement de Rouyn-Noranda. Malgré les fortes pressions exercées pour que Cliffs Natural Resources installe sa fonderie en Ontario, il estime que Rouyn-Noranda possède encore plusieurs atouts dans sa manche.

«Outre le tarif de l’électricité, il y a la proximité relative du gisement. Nous sommes à peu près à la même distance que peut l’être Sudbury. Nous disposons aussi d’une expertise minière reconnue et nous avons des entrepreneurs spécialisés dans la construction d’infrastructures minières. Sans compter un environnement et une législation favorable aux mines», a-t-il énuméré.

Encore dans la course

Cliffs Natural Resources prévoit démarrer les opérations de sa future mine en 2015. Afin de respecter son échéancier, elle devra bientôt faire connaître sa décision. «La compagnie a réalisé une étude pour Rouyn-Noranda. On est donc sur leur liste. Et je n’ai pas reçu d’indications contraires comme quoi on n’était plus dans la course», a assuré M. Rouleau.

Organisations: CBC, Hydro-Québec

Lieux géographiques: Rouyn-Noranda, Capreol, Thunder Bay Newswatch Mine Moose Mountain Timmins Greenstone Québec Ontario

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires