L'ACQ vient prendre le pouls des transporteurs

Martin
Martin Guindon
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Soucieux de connaître les attentes des transporteurs de l'Abitibi-Témiscamingue, le président de l'Association du camionnage du Québec (ACQ), Marc Cadieux, sera de passage à Val-d'Or, le mercredi 22 février.

Marc Cadieux est à la tête de l'Association des camionneurs du Québec pour une 11e année.

L'ACQ regroupe les entreprises de transport qui ont une flotte minimale de cinq camions. Toutefois, autant les membres que les non-membres pourront assister à la rencontre, de 13h15 à 16h15, à l'hôtel Forestel de Val-d'Or.

«On en profite pour aller voir notre monde, explique celui qui préside l'organisme depuis maintenant 11 ans. On veut savoir ce qui se passe dans votre région. Ça fait quand même quelques années que je n'y suis pas allé. Je viens expliquer ce que nous avons fait au cours des dernières années, mais je viens aussi beaucoup pour écouter quelles sont les attentes des transporteurs envers l'Association. Comme je le dis souvent, l'ACQ, c'est un coffre d'outils et ce sont les transporteurs qui mettent des outils dedans.».

Marc Cadieux en profitera aussi pour parler du programme d'efficacité énergétique qui est disponible pour les transporteurs et qui demeure peu connu. «Ça permet d'aller chercher 30 pour cent des coûts d'achat et d'installation pour des équipements qui permettent de réduire la consommation d'énergie. On peut reculer jusqu'en 2009. Les transporteurs en sortent gagnants au niveau des coûts d'opération, tout en posant un geste écoresponsable», fait-il valoir.

Projet pilote pour la formation

Parmi les réalisations de l'ACQ ces dernières années, il y a notamment la mise en place d'un projet pilote avec deux centres de formation professionnelle et la Société de l'assurance automobile du Québec, afin de permettre aux jeunes chauffeurs d'obtenir plus tôt leur permis de classe 1. Actuellement, il ne peut le faire qu'à 19 ans et un mois, soit après son année d'apprenti conducteur puis ses deux ans de probation avec sa classe 5 (véhicule de promenade).

«On s'est aperçu qu'on les perdait en cours de route, parce qu'ils doivent attendre trop longtemps entre la fin de leurs études et l'âge minimal requis. On a donc monté un projet pilote avec les centres de Mirabel et Charlesbourg, avec l'appui des autres associations», explique Marc Cadieux.

Tolérance zéro

Près de 40 élèves ont été sélectionnés pour participer à ce programme enrichi d'accès à la conduite de véhicule lourd. Ils bénéficient d'un encadrement serré, de type tolérance zéro.

«Toutefois, s'ils commettent ne serait-ce qu'une infraction au Code de la route avec leur permis de classe 5, ils sont éjectés du programme», précise M. Cadieux, qui espère voir cette mesure devenir permanente pour contrer la pénurie de camionneurs qui risque de s'accentuer avec les nombreuses retraites qui s'en viennent.

Organisations: Société de l'assurance automobile du Québec, Association du camionnage du Québec

Lieux géographiques: ACQ, Forestel de Val-d'Or, Mirabel Charlesbourg

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires